Alice Mignon pour OXUS – Kirghizistan – Août 2013

Publié le

Alice-Mignon_Aout-2013_site-704x318

Mission : Alice Mignon au Kirghizistan avec Oxus

Qu’est-ce qui motive votre intérêt pour le bénévolat de compétences ?

J’ai rejoint MFSF car je souhaitais mieux comprendre l’impact régional et les enjeux de la microfinance. MFSF m’a parlé de cette mission proposée par son partenaire OXUS en Asie Centrale, région qui me passionne. Et voilà, grâce à MFSF et avec OXUS au Kirghizistan, le bénévolat de compétences m’a permis de réaliser cet objectif et bien davantage encore.

Je pense que la technicité de nos métiers est telle que certaines de nos compétences ne sont pas toujours utilisées. Alors, autant qu’elles profitent à d’autres ! Le bénévolat de compétences permet justement cette transmission de savoir-faire. Il y a aussi le plaisir d’être utile. Je n’en suis pas à sauver le monde… mais à ma modeste échelle, à travers une mission, j’ai pu apporter une pierre qui, je l’espère, contribuera à consolider l’édifice d’une microfinance responsable.

Et puis, le bénévolat de compétences, c’est une alternative au don financier, c’est un don de soi ! Dans un monde perpétuellement en mouvement, il est important de pouvoir faire une pause et d’offrir son expertise dans le cadre d’une aventure humaine et professionnelle.

En clair, quel a été le contenu de votre mission ?

OXUS est un réseau d’institutions de microfinance très dynamiques en Asie Centrale (Tadjikistan, Afghanistan, Kirghizistan) et en Afrique (RDC). Pour poursuivre son développement, le groupe OXUS a besoin d’anticiper les risques auxquels il se trouve confronté pour en limiter les impacts et assurer ainsi la réalisation de sa mission durablement et dans des environnements parfois complexes.

Localisée à Bichkek durant un mois, ma mission a principalement consisté à développer des outils de gestion des risques adaptés au profil du groupe : d’une part, les risques financiers (crédit, liquidité, taux) et d’autre part, les risques opérationnels et stratégiques. J’ai également eu l’occasion de partager des “bonnes pratiques” en entreprise avec mes collègues du moment notamment en matière de culture des risques et de culture d’entreprise. Il s’agit d’une première étape nécessaire mais non suffisante, qui n’aura de sens que si les nouveaux responsables des risques s’approprient et implémentent ces outils. L’objet d’une mission de suivi pour s’en assurer ? Finalement, j’ai apporté un regard extérieur critique sur cette organisation à taille humaine, en la confrontant aux structures de grandes entreprises connues et bien établies.

Que vous a apporté cette mission proposée par MFSF, aux plans personnel et professionnel ?

Cette mission m’a permis de comprendre les difficultés opérationnelles auxquelles sont confrontées les institutions de microfinance. A travers cette expérience professionnelle, j’ai vécu une fabuleuse aventure humaine grâce aux personnes avec qui j’ai collaboré à Bichkek et avec qui j’ai partagé des visions parfois contraires. J’ai eu la chance de travailler au sein d’une équipe multiculturelle aux profils et origines varies : Kirghizistan, Russie, Ukraine, Afghanistan, Pakistan…

Ma mission a aussi été l’occasion d’une intéressante ouverture sur le monde des ONGs et notamment d’ACTED, principal actionnaire du groupe OXUS.

Finalement il n’y a rien de tel qu’une immersion professionnelle pour s’imprégner d’une région et de sa culture. En vivant et en travaillant au rythme kirghize, j’ai rencontré des personnes formidables qui m’ont beaucoup appris sur leur pays.

Le bénévolat de compétences ou comment s’enrichir en donnant !